Mae Salong


Savourer de retour chez soi le thé dont on a visité en Thaïlande la plantation puis suivi les étapes de la cueillette et du séchage, n'est pas le moindre des plaisirs ni des privilèges.

C'était à Mae Salong, un délicieux village situé au nord de la Thaïlande, lové entre la Birmanie et le Laos.
Autrefois, Mae Salong était le centre du trafic de l'opium. En lieu et place de l'or vert on y cultivait le pavot qui servait à renflouer les bourses du Guomindang.

Fondé en effet par le 93ème régiment du Guomindang débarqué de Chine en 1949, le village ne tarda pas à compter plusieurs milliers chinois qui finir par obtenir le statut de réfugié en 1960, ceci expliquant cette surprenante et néanmoins réjouissante impression de traverser un village du Yunnan, tant en raison de la langue parlée que de l'habitat caractéristique de cette région (maisons à un étage, pavillons aux toits recourbés, portes monumentales rouges bardées d'idéogramme).
Aujourd'hui, des cultures de substitution en remplacement du pavot ont été introduites par le gouvernement thaïlandais dont le thé, cultivé quasi exclusivement par des taïwanais ayant à l'époque importé clandestinement les semences, voir certains pieds depuis l'île dissidente et récolté essentiellement par des femmes issues des minorités ethniques (Lisu, principalement Akha).
Pas moins de trente ans auront été nécessaires aux anciens militaires de Tchang Kai-Shek pour acquérir l'expertise nécessaire et produire un breuvage de qualité internationale, un thé d'une telle qualité que certains taïwanais disent le préférer à celui produit chez eux.
Par exemple, le thé Oolong Kan Oon "tige molle" est considéré comme le nec plus ultra.
Derrière viennent le Oolong n°12, plus léger, et le Oolong Cha Som, une variété de thé au ginseng. Le Milky Oolong, proche du Jin Xuan taïwanais, est également très apprécié pour sa texture laiteuse. Quand au Kan Oon, c'est celui le plus corsé, dont le goût se prolonge le plus longtemps.
Tous et bien d'autres encore sont vendus au village dans des maisons de thé ou bien de modestes échoppes situées sur la place du marché qui sont des lieux chaleureux.
Des lieux de partage et d'enseignement ou l'on ne peut s'empêcher de retourner jusqu'à plusieurs fois par jours et auxquels il est difficile de s'arracher.

 

Pour compléter sur Mae Salong...