Thanon Khao San


Un brouhaha, une agitation sans pareil, les enseignes lumineuses de multinationales occidentales et d'hôtels à bas prix surplombent la rue.
Des voyageurs de passage venus des quatre points cardinaux, les yeux cernés, sac sur le dos et sueur au front...

Plaque de rue Thaïlandaise à Bangkok

THANON KHAO SAN

Passage obligé... j’ai dis, passage!!!


Un brouhaha, une agitation sans pareil, les enseignes lumineuses de multinationales occidentales et d'hôtels à bas prix surplombent la rue.
Des voyageurs de passage venus des quatre points cardinaux, les yeux cernés, sac sur le dos et sueur au front.
La musique électronique à plein volume cadence le va-et-vient incessant des tuk tuk .
En arrière-plan, des jeunes Thaïlandaises très court vêtues, le visage poudré au parfum oriental, lèvres maquillées, perchées au bar de cocktails ambulant, espèrent rencontrer leur sugar daddy.

Une planche de bois posée sur une motorbike side-car fait office de comptoir.
Des nouilles crépitent dans le fond d'un wok de fonte.
Des germes de soja sur une plaque d'aluminium. Des légumes verts précuits, des cacahouètes, dans des bols de plastique. Du sel, du curry, dans des verres. Des œufs dans un seau à même la selle du trois-roues.
Seize heures par jour, Lin, la vingtaine, y prépare le pad thai , spécialité thaïe de nouilles, d'œufs et de soja, pour 470 bahts ( 10 euros ) par jour, son salaire.
D'un geste net mais élégant abandonnant un instant les arabesques de ses mains, il renoue à sa taille son tablier bleu vif, sous lequel on distingue les boutures d'une poitrine féminine.
Lin, bouddhiste fervent, est transsexuel.

Impressionnant " ghetto " de touristes et quartier populaire des backpackers ( routards ) au budget serré, Khao san constitue un excellent point de départ pour préparer la visite du pays, bien qu'il n'y ait pas grand chose de typiquement Thaïlandais.
Dans cette fameuse rue (voir la vidéo) et ses environs tous proches, on trouve des guesthouses bon marché ( dortoir collectif a compter de 80 Bahts, soit à peine 2 €uros par personne, chambre "double" climatisée à compter de 300 Bahts soit 7€ ), des agences de voyages et des marchands de souvenirs et objets touristiques ( maillots de bains, CD de musique occidentale, accessoires de voyage comme boussoles et paires de jumelles, des guides touristiques d'occasion ) et bien sur des boutiques d'alimentation, bars et restaurants.
Ce quartier réduit le choc culturel, puisque l'on trouve beaucoup de restaurants occidentaux et parce que la plupart des commençants parlent anglais.

S'il est pratique lors d'un premier séjour en Thaïlande, ce quartier mythique et sa très célèbre rue au même nom est beaucoup moins apprécié des habitués de la Thaïlande, qui préfèrent s'éloigner vers Samsen ou même Tewet, plus au nord, ou encore vers Sukhumvit.
Les jeunes Thaïlandais fréquentent de plus en plus le quartier pour les loisirs qu'il propose ( petits restaurants sur Phra Athit ) et pour essayer de pratiquer ou d'améliorer la langue anglaise.

Idéalement située, dans ce Bangkok qui ne possèdent pas vraiment un "centre", la proximité de ses nombreuses stations de bus, son va-et-vient de "tuk tuk" à la recherche d'un éventuel "farang " et sans oublier les plus classiques taxis roses ou jaunes et noirs climatisés, pourront vous emmener aux 4 coins de la capitale qui ne manque pas d'attractions !

Enfin, khao san génère de gros revenus, et même lors de la crise touristique du début 2003, il était autant fréquenté que d'habitude. Un commençant, cité par le Bangkok Post, s'exprimait en disant que, même s'il y avait une guerre atomique, le quartier de Khao san serait toujours fréquenté par les cafards et les backpackers !
Les cafards je veux bien....!
.... et dire que cette fameuse rue prît sont essor dans les années 70, avec seulement 2 hôtels de style chinois...

 

Plan de Khao San à Bangkok, Thaïlande

 

 

L'office de tourisme de la TAT et de la BMA distribue des plans et brochures diverses sur les activités touristiques de Bangkok - TAT : Tha Chang pier, a cote du Phra Pin Klao bridge.

 

Hotels et guesthouses de Khao San road

Choisissez votre guesthouse et acceptez la visite qu'on vous proposera surement ( à défaut, demandez a visiter ). Les meilleurs moments pour trouver facilement une chambre : a 5h30 avant l'arrivée des bus de nuit, ou 12h heure limite des check-out. N'hésitez pas a vous inscrire sur la liste d'attente, dès le matin.

Pour choisir votre Guest house regardez bien la pièce :

* y a t-il des prises de courants pour vos appareils (photo, lecteur CD...)
* un verrouillage correct de la porte d'entrée, avec votre propre cadenas
* l'eau coule et le chauffe eau instantané fonctionne correctement
* la climatisation refroidit bien (certaines "climatisation" ne font que ventiler)
* il n'y a pas trop de bruit (rue, climatisations)
* pas d'insectes sous le matelas
* pas d'odeurs de siphon

Les plus, optionnels :

* papier hygiénique
* serviettes de toilette
* télévision (souvent mal réglée)
* bouteille d'eau de courtoisie, gratuite ou payante (ne pas boire l'eau du robinet)
* savon

Tarifs :

* dortoir avec salle de bains a partager : a partir de 80 Bahts
* chambre avec ventilateur et eau froide : a partir de 250 Bahts
* chambre avec climatisation, salle de bains privative, eau chaude : a partir de 350 Bahts
* parfois un dépôt de garantie est demandé (cadenas...): ne pas oublier de le récupérer en partant.

Vous cherchez;

* une piscine : le "D&D"' offre a ses clients ( 600 Bahts mini ), une piscine avec vue panoramique sur les toit Bangkok en terrasse. Le "New Siam II" dispose d'une piscine.
* la vue sur Sanam Luang et le Grand Palais : suite (700 Bahts) au dernier étage du "Sawasdee Khaosan Inn". Ou le bar en terrasse, accessible a tous a partir de 19h.
* le calme : préférer les GH situées entre le Wat Chana Songkhram et Phra Athit.
* une GH avec un beau décor extérieur : "Wild Orchid", "Baan Sabai".
* le départ de "l'Airport Bus" pour aller a l'aéroport : au pied du "Sawasdee Khaosan Inn".

Restaurants

Le Khaosan Center propose des plats de qualité : au petit déjeuner, du vrai beurre froid, du bacon vraiment frais. Pour rafraichir, des ventilateurs associés a des brumisateurs.

Le Sidewalk est moins bien pour le petit déjeuner: le beurre est liquide, les œufs au plats ont des traces suspectes, le bacon est confit et rance. La terrasse est trop chaude par plein soleil. Par contre, le diner en plein air est agréable et permet de voir défiler les touristes de tous les pays, entre les vendeuses akhas et les marchands de fruits.

Le Lucky Beer, en face du Khaosan Center.

Tum Yum Krung : pour déguster ces fameuses soupes de poisson, dans des marmites brulantes. Malheureusement la qualité n'y est pas et les crevettes n'ont aucun gout. Le cadre est agréable en plein air avec un chalet de bois blanc au milieu de la cours, et des salles climatisées.

Peter Tony : sur thanon Tanao, le restaurant est climatisé au décors moderne et a l'ambiance musicale contemporaine Thaïlandaise. Choix intéressant dans le menu Thaïlandais et occidental, a prix raisonnable.

Sur Phra Athit : plusieurs petits restaurants d'une vingtaine de places en salle climatisée;
le soir, ils sont pleins d'étudiants Thaïlandais, animation musicale .

Tiens au fait !

Ce routard, qui à un moment fut regardé d'un mauvais œil par la société Thaï, très conservatrice.
Par ses cheveux longs et son allure de hippie mal rasé ( ou pas du tout ), à visiter les temples en short et sandales, à tout le temps discuter les prix, à dépenser un minimum,
.....attention ce cliché à tendance à disparaitre.....,

Le routard des temps moderne a bien évolué et s'est adapté.
Il est bien vu, sympa, a coupé ses cheveux ( pas tous...), beaucoup ont maintenant une carte de crédit et surtout, l'on remarque que cette catégorie de touristes fait travailler l'économie locale, ce qui n'est pas négligeable, car il mange dans la rue, et pas dans les restos 5 étoiles.
Il s'habille dans les stands ambulants et pas chez les gros tailleurs commissionnés, il achète et boit sa bière dans l'échoppe familiale chinoise du coin et non dans un bar douteux et préfère les frissons d'une ballade en tuk-tuk à celle d'un car qui vous fait faire le tour de la ville en quelques heures, tout chronométré.

2009-01-20